Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AMERINDIENS

 
SOMMAIRE DU SITE 

   

 

Découvrez la playlist amerindien avec Indians

 


Pour la musique lorsque vous changez de page elle se coupe.



playliste AMERINDIENNE

voici le lien de ma playliste vous serrez directement dirigé vers le site deezer et vous pourrez retrouver toute les musiques amerindiens du lecteur au dessus. Cela pourra vous permettre de surfez sur mon site tout en ecoutant la musique.

Recherche Article

BIENVENUE

Archives

5 février 2006 7 05 /02 /février /2006 15:25

 

Il y a très, très longtemps, quand la terre et ses habitants étaient encore jeunes, les corbeaux étaient tous blancs comme neige. En ce temps-là, les hommes n'avaient ni chevaux, ni fusils, ni armes en métal. Mais ils dépendaient pourtant de la chasse au bison pour manger et survivre.
 
 Il était difficile, aléatoire et dangereux de chasser le bison à pied, avec des armes à pointe de pierre.
 
Les corbeaux rendaient les choses encore plus difficile aux chasseurs, car ils étaient les amis des bisons. Ils montaient très haut dans le ciel, au-dessus de la prairie, d'où ils pouvaient voir tout ce qui se passait.
 
A chaque fois qu'un chasseur s'approchait d'un troupeau, les corbeaux volaient jusqu'à leurs amis et  se perchant entre leurs deux cornes, ils les mettaient en garde
 
« Croa, croa, croa, chers cousins, voici venir des chasseurs. Ils sont en train de ramper dans le ravin qui est là-bas. Ils sont derrière cette colline. Attention ! Croa, croa, croa! ».
 
 En les entendant, les bisons s'enfuyaient au galop, et alors, les gens mouraient de faim
 
Les indiens  se réunirent donc en conseil pour décider quoi faire. Parmi les corbeaux, il en était un énorme, deux fois plus gros que tous les autres, qui était leur chef.
 
Pendant le conseil, le vieux sage se leva et suggéra ceci :
 
 « il nous faut prendre le grand corbeau blanc et lui donner une bonne leçon. Nous n'avons que cette solution, ou bien nous allons continuer à avoir faim ».
 
Il prit une grande peau de bison, entière, avec la tête et les cornes, et il la posa sur les épaules d'un jeune brave, en disant :
 
« mon neveu, glisse-toi parmi les bisons. Ils te prendront pour l'un des leurs, et ainsi tu pourras capturer le grand corbeau blanc ».
 
Ainsi déguisé en bison, le jeune indien  se faufila au milieu du troupeau et fit semblant de brouter.
 
Les grands animaux hirsutes ne lui prêtèrent pas la moindre attention.
 
Ensuite les chasseurs quittèrent leur campement et le suivirent, leur arcs tous prêts. Comme ils s'approchaient du troupeau, les corbeaux s'en vinrent, comme d'habitude, prévenir les bisons :
 
« croa, croa, croa, chers cousins, les chasseurs viennent pour vous tuer. Gardez-vous de leurs flèches. Croa, croa, croa ! ».
 
Et, comme d'habitude, tous les bisons de s'enfuir au galop....... Tous, sauf bien sûr le jeune chasseur sous sa peau hirsute, qui faisait semblant de continuer à brouter.
 
Le grand corbeau blanc vint donc se percher sur les épaules du chasseur  et battant des ailes, il lui dit :
 
 « Croa, croa, croa, mon frère, es-tu sourd ? . Les chasseurs sont tout près, juste de l'autre côté de la colline. Sauve-toi ! ».

Mais, à ce moment-là, le jeune chasseur laissa tomber sa peau de bison et s'empara de grand corbeau en le saisissant par les pattes.
 
Puis il prit un lien de peau, lui attacha les deux pattes ensemble et attacha l'autre extrémité à une grosse pierre. Le corbeau se débattait tant qu'il pouvait, mais en vain.
 
Les indiens  de nouveau tinrent conseil.
 
 « Qu’allons-nous faire de ce sale corbeau, qui nous a affamés tant de fois ? Je vais le brûler ! ».
 
 S’écria un chasseur en colère. Et avant qu'on ait pu faire le moindre geste, il arracha le corbeau des mains du jeune chasseur et le plongea dans le feu du conseil, avec sa pierre et sa lanière de cuir. « Ça t'apprendra ! » lui dit-il.
 
Bien entendu, le lien qui l'attachait à la pierre brûla complètement presque tout de suite, et le grand corbeau réussit à s'envoler.
 
Mais il était un peu roussi, et certaines de ses plumes étaient carbonisées.
 
 Il était toujours aussi gros, mais il n'était plus blanc.
 
 « croa, croa, croa ! » cria-t-il en s'envolant du plus vite qu'il pût.
 
« Jamais je ne recommencerai ; je n'avertirai plus les bisons, Je vous le promets, Croa croa croa ! ».
 
C'est ainsi qu'il réussit à s'échapper. Mais, depuis ce temps-là, tous les corbeaux sont noirs.
 
Raconté par les Sioux Brûlés
 
 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Krax 31/05/2011 21:02



Si le jeune à pu s'approcher ainsi des bisons, pourquoi les chasseurs ne l'ont ils tout simplement pas imités ?



taillo 20/08/2009 16:47

caitai bien mais les paroles du corbeaux sa me gene je narive pas a i croi si cettai une vrais legende le corbo ne parlerais pas  enfin bref il pourais  avoir  dais parols indien des chant des vrai  svp

Donavan Labrie 14/12/2007 15:26

L'histoire était passionnante.

Pascal 17/02/2006 19:51

hugh!! t'es un chef Nath!!!

chris 17/02/2006 09:32

Très jolie légende ! Mais où as-tu trouvé celle-ci ? Amitiés. Chris

Nath 17/02/2006 18:54

Je les trouvé sur un bouquin que j'ai pris a la bibiliotheque.  Amitié // NATH

Pages